jeudi 11 septembre 2008

++ Comment séduire une asiatique ? ++


Reçu par le mail de Kistuné (que je remercie contre un bol de saké bien chaud et très cher).

Si pour toi, une asiatique, c'est :

1 - forcément une Geisha

2 - une fille qui a les yeux bridés et qui parle avec ses seins

3 - Lili Asian


Alors lis ce qui va suivre :


COMMENT SEDUIRE UNE ASIATIQUE (et une japonaise plus particulièrement)

Par Kistuné



Nous le savons bien, les clichés ont la vie dure, ajoutons à cela, dans notre société dénaturée, que l’on consomme à présent de la fesse comme on consomme le dernier Ipod, d’ailleurs pourquoi s’en priver puisque tout est mis en place et rationalisé pour cela : speed dating, site de rencontre, soirées after work le jeudi soir, cours de séduction, workshop de séduction. Un peu comme au temps des joyeusetés communistes, seulement là le marché a remplacé l’Etat mais le but reste le même.

Mais pourquoi j’évoque donc tout cela ? Ceci pour vous introduire, un cliché qui ne cesse en ce moment de grossir puisque la mode est d’être tourné vers l’Orient. Nous assistons en ce moment à un retour de l’orientalisme, pour le meilleur, mais surtout pour le pire. Il n’est ici point question de l’influence de l’Orient sur la création artistique (comme ce fut le cas aux 19ieme siècle) mais des clichés véhiculés sur le cerveau des mâles occidentaux (peut-on parler ici d’esprit ? J’en doute fort).


Dans la tête de nos petits blancs boutonneux aux doigts usés par l’abus du joystick, la femme asiatique est sur un piédestal mais à quel prix ? Après la Sud Américaine sensuelle aux grosses fesses, la black sensuelle aux longues jambes voici l’asiatique sensuelle mais surtout soumise.

Car oui la femme asiatique est dans la tête de nos bonhommes, la femme qui vous attends le soir, nue sous son tablier (ou alors en uniforme mais toujours sans culotte), qui parle peu, s’occupe de vous comme d’un enfant. Vous rentrez le soir, la soupe de nouille est au chaud, le bain est prêt, et elle se fait un plaisir d’exercer sur vous l’art du massage shiatsu, le tout en silence bien entendu. Celui-ci ne sera que rompu, quand la nuit venue, sous les futons, elle s’embrase et exécute avec brio le palanquin tourbillonnant, la brouette tonquinoise, ou encore l’extase à la flèche de Jade.

Ainsi, l’on voit fleurir sur le net (outil ultime de tout mec moyen frustré), des forums consacrés à la manière de les séduire (japanlair.com), des sites de rencontre ciblés (japanpersonal.com, japancupid.com etc.), des blog des bienheureux qui ont réussi à en mettre une dans leur lit ou qui ont tenté de le faire. Ceci constituant la source d’information principale de nos prétendants à l’amour bridé. Bandes d’incultes ! Si vous étiez un peu malin, une rapide lecture de Lao-Tseu ou de Confucius vous épargnerait bien des péripéties, mais bon, il y a trop de mots, pas assez d’images, et puis ça fait réfléchir donc gratouiller dans la tête.


Nos petits occidentaux dodus, voient la femme de l’extrême orient avec ses très petits yeux alimentés aux OAV de Vidéo Girl Ai, aux pornos locaux et surtout en la comparant sans arrêt avec les femmes de leur latitude (qu’ils n’ont jamais réussi à approcher). La femme asiatique leur paraît donc plus douce, plus souriante, plus apprêtée, plus serviable (servile ?), plus facile à aborder avec ses petites manières d’enfants, ses petites mimiques, sa manière de se rendre dépendante et faible. Leur gros défaut c’est de prendre les apparences pour des vérités (mais en même temps ils ont été éduqués à cela, puisque de leur côté du globe, la bonne personne est celle qui ne cache rien, il est bien vu de s’exhiber, de brailler, de montrer « qu’on en a »).

Le continent asiatique est beaucoup plus régit par les normes sociales, la volonté de groupe et les valeurs traditionnelles que le continent européen. Une personne se définit par l’appartenance qu’elle a au groupe plutôt que par ses exploits personnels, aussi la pression sociale est très forte. Ce qui est incompris de nos binoclard chétifs, c’est que le masque social (l’attitude asiatique perçue que j’ai défini plus haut) est avant tout un moyen plutôt qu’une fin.


Dans les pays asiatiques industrialisés, on aime la chair fraîche, les très très jeunes filles, aussi passé un certain âge, une femme non « casée » subit une pression énorme (il est très rare d’y voir une femme acheter un appartement seule par exemple, cela n’est convenable que dans le cadre d’un couple marié, car même ceux qui vivent à la colle ont la vie dure). Dès lors tout devient bon, même un blanc. Mais à l’issue de l’union, le réveil peut paraître difficile pour un occidental, car pris dans les normes de l’autre, il devra y satisfaire, bonjour la femme au foyer qui gère l’argent et réclame un sac de luxe et les journées de travail à rallonge, fini la glande avec les potes à la maison, il va falloir assumer seul les revenus du ménage !


Lorsque l’enfant paraît, cela peut être bien pire encore, celui-ci est souvent surinvestit par la mère (puisque le mari n’est qu’un naze après tout) qui y voit son horizon de vie ultime. Il sera le plus intelligent ou deviendra une star, son élevage devient une entreprise à plein temps pour l’heureuse maman. A cela j’ajoute que la notion de « mariage d’amour » telle qu’on la connaît dans notre littérature et dans nos mythes, est une exportation récente tout là-bas (elle date d’après la seconde guerre mondiale), le mariage est plutôt une convention sociale, l’amour lui devant être pur, enfantin, sublimé et surtout jamais consommé (question piège : trouvez une scène de sexe dans un drama asiatique), il se trouve justement bien en dehors du mariage ou alors avec une concubine plus sexy et plus jeune qui vient asseoir la réussite sociale du mâle local (les concubines reviennent à la mode chez les patron chinois).


Un autre cas de figure peut se présenter, car récemment, l’homme d’ailleurs est à la mode, il en va de la promotion modesque envers les copines que de se taper un mec du bout du monde, déjà pour vérifier s’ils ont une « plus grosse », parce que les marques qu’elles aiment viennent de chez lui, pour faire enrager les camarades de boîte de nuit, pour connaître un grand ou petit frisson, parce qu’il semble tellement plus « cool » que les hommes locaux qui ont été élevé sous la coupe maternelle avant de tomber sous le joug de la réussite sociale et surtout celui-ci n’ayant pas conscience du « masque », il tombe dans le panneau facilement. Il est tellement simple de se faire offrir des choses par ces affamés, qui n’ayant même pas approché une femme de leur pays d’origine se laisse embarquer dans le moindre caprice. Il tente de se rebeller ? On lui fera un peu de chantage (au sexe, à la séparation etc.) et tout rentrera dans l’ordre.


Mais qu’en est il au final ? L’enfant rebelle fini toujours par se calmer grâce à cette sympathique pression sociale qui s’accompagne d’une pression parentale et tout rentre dans l’ordre quand la jeunette épouse un gars de son pays, les outsideuses sont rares. L’expatrié naïf le deviendra peut être un peu moins s’il a une once d’intelligence, sinon il refera la même chose, après tout il est bien là pour se faire avoir, lui qui croit encore que passé la frontière, le crapaud se transforme en prince.



Le couple asiatico-européen est-il systématiquement voué à l’échec ? A 80% oui (statistique du consulat français au Japon sur les mariages célébré entre les locaux et les personnes expatriées), à latitude différente, culture différente, vous êtes encore bien naïfs de croire que l’amour fait tout. Les seuls couples qui survivent sont ceux qui contiennent au moins une personne très fortement intéressée et attirée par la culture du pays de l’autre (et je ne parle pas de la culture populaire ou celle basée sur les clichés de l’un envers l’autre), cela passe par la connaissance de la société, des mœurs, de l’histoire et surtout de la langue (ah ouai j’en vois de nettement moins motivés à apprendre une langue sémitique et à avaler 3000 idéogrammes).

Apprenez donc à connaître un pays avant de connaître les femmes qui y habitent.

29 commentaires:

Anonyme a dit…

L'article est bien écrit, à ceci prêt des sempiternelles remarques vulgaires et déplacées sur "le frustré" type. Il n'est pas nécessaire d'être agressif avec ces gens là pour leur faire comprendre qu'ils sont sur la mauvaise voix -si tenté qu'ils lisent un site de mode ce que je doute- mais leur montrer la réalité en face.

Kitsu a dit…

http://images.thinkgeek.com/action/large/2123998.jpg

No comment.

Sinon, je n'ai pas retrouvé les remarques "vulgaires", pour ne pas répéter le mot "geek" à toutes les phrases, j'ai essayé d'innover.

Mathieu a dit…

Excellent article, très bien écrit et très plaisant à lire !

Bonne continuation

Anonyme a dit…

MDR, cet article... lègèrement antiblanc... Mais bon, ce qui me le plus fait marrer, c'est que les Européenes ne sont pas du tout attirées par les Asiatiques hommes alors que les Asiatiques femmes le sont plus pour les Européens, toutes proportions gardées.

Anonyme a dit…

Oh, le témoignage d'un adepte de jechercheunejaponaise.com ?

Anonyme a dit…

ma proche de japonais ( j'en ai fait deux ans) est mariée et divorcée à un japonais...
tout semble donc être confirmé.

Anonyme a dit…

Pas mal l'article mais l'occidental n'est pas forcément blanc.

seduirefemmeasiatique a dit…

tout à faire d'accord avec ce que tu dis sur la stabilité d'un couple mixte. il faut que au moins un soit fortement attiré par l'autre culture pour que ca dure.

Anonyme a dit…

Je vais parler en tant qu'homme ayant marié une femme japonaise ( vivant au japon ) que j'ai rencontré lors d'un voyage d'apprentissage linguistique. Nous sommes mariés maintenant depuis 12 ans, j'ai vécu au japon pendant 7 ans après notre mariage et je n'ai rien vu en senti de ce que tu expliques dans ton article sur la pression sociale. Maintenant nous vivons en Europe pour mon travail où tout se passe extrêmement bien également.

Je dirais quand même que tu as raison sur un certain fantasme de jeunes européens sur les asiatiques avec une image tronquée. Ça reste et restera un fantasme, on est pas fort différent nous autre européens et japonais.

Eclair Au Chocolat a dit…

Très bel article.

Anonyme a dit…

Cet article a sa part de vérité mais on sent un peu trop de "frustration" de la part de l'auteur. Cela nous invite à penser à une expérience malheureuse (la critique est-elle objective dans ce cas ?)... Dommage.

little Budha a dit…

Les sentiments sont plus fort que tout,c'est ce que je pense. J'ai 31 ans et cela fait maintenant 5 ans que je suis marié à une magnifique jeune femme Thailandaise que j'ai connu il y a dix ans.Ma chance était qu'elle parlait français car mon thai n'était pas très bon à l'époque.(ça évolué un peu depuis!!) Je n'étais pas spécialement attiré par la culture asiatique. Et pour ça part,elle faisait des études linguistiques en France.Quand je l'ai vu pour la 1ère fois (c'était dans un restaurant),j'ai été complétement émerveillé(un vrai coup de foudre!!)par sa beauté et son magnifique sourire.Durant tout le repas,je me suis posé la question:est-ce que je l'aborde ou pas? Aujourd'hui,je ne regrette pas de l'avoir abordé car c'est la femme de ma vie.J'ai appris à la connaître et à comprendre sa culture et même apprendre le Thailandais(c'est pas facile du tout)car désormais je vis en Thailande avec elle depuis maitenant 6ans.Pour moi,il n'est plus question de revenir en France sauf de temps à autre pour voir ma famille.Je pense que tout ces changements dans ma vie sont dû à ma curiosité sur le monde,mais principalement à l'amour que je porte à ma somptueuse femme.L'amour fait faire des choses incroyables...
Aimer,c'est partager et comprendre l'autre.

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je suis tombée sur cet article par hasard, et comme par hasard, je suis une japonaise. L'univers aux couleurs des mangas dont rêvent des "boutonneux" occidentaux m'est très lointain, en revanche, leurs fantasmes m'ont été l'une des plus dures pénitences.

Mais comme vous savez, un homme en manque d'activités sexuelles ou de tendresse ne se comporterait pas pour autant différemment devant une Orientale et devant leurs compatriotes. Il reste le même avec les mêmes symptômes de manque, de naïveté, de narcissisme, de mégalomanie. Et je me disais souvent devant ce genre de français : grand dieu, si à son âge, avec peu de charme qu'il a, "ça" marche, les femmes occidentales devraient être littéralement hantées par la peur de ne trouver jamais personne dans leur vie!

Selon mes observations et vécu, il y a donc trois points à corriger sinon deux remarques à se greffer, dans votre excellent article.

1. En Occident, convenons-en, ce sont les femmes qui sont plutôt affamées que les jeunes garçons sans sou sans beauté. Elles le sont, non pas de partenaires sexuels bien entendu, mais elles le sont d'Amour. Surtout en France pour cette raison, elles se soumettent à leur despote de mari d'une manière tordue et humiliante. Les maris machiavéliques, les amants "narcissiques pervers", sont de la denrée rare en Asie. (Quoique récemment...) Alors derrière les jeunes garçons avec la trouille au ventre devant les blanches, il ne faut pas voir seulement les "filles qui font peur", mais des mères souffrantes, victimes de sévices dont on les a convaincues que c'était de l'Amour.

2. L'union d'amour est-elle rare au Japon? Non, je vous démens! Culturellement depuis plus d'un millénaire, les hommes japonais avec leur culture colossale, savent apprécier la féminité, sans doute mieux que beaucoup de peuples. Féminité à titre égal avec leur virilité, j'entends. Je n'ai connu personnellement que des hommes japonais désirant fort de devenir "hommes" grâce à une femme qui leur couperait le cordon ombilical. Pour connaître l'amour romantique, le Japon me semble être un meilleur cadre pour toutes les jeunes filles au monde, selon mon expérience. Seulement, ces garçons-là détestent rarement leur mère, voilà la différence avec les Occidentaux. Pourquoi les Japonais ne séduisent-ils pas? Parce qu'ils trouvent cela malhonnête. Or, je me suis comportée souvent avec des hommes occidentaux de cette manière (d'homme japonais). Ils sont devenus dépressifs, agressifs tour à tour, et certains ont avoué: il aurait fallu que mon admiration soit totale pour qu'ils croient que je les aime. J'ai alors cru voir des bribes de la pathologie qui ronge la sexualité occidentale.

3. En conclusion, un homme qui croit à la séduction, je ne saurai jamais l'aimer. Je pense que beaucoup de Japonaises qui sortent avec un petit blanc puis le laissent tomber pour leur époux "local", pensent ou du moins ressentent de la sorte. Les jeux de séduction leur paraissent ridicules, et les hommes qui s'y livrent finissent par leur inspirer le dédain, parce que dans ces jeux, on montre le plus grave défaut aux yeux des asiatiques - c'est de se donner trop d'importance.

Une remarque supplémentaire - la langue japonaise n'est pas une langue sémitique.

Bon courage à tous, ça vaut car nous sommes pourtant des filles bien.

Anonyme a dit…

Hello. And Bye.

Bourrafond a dit…

Exactes. Les langues sémitiques sont les langues d'origine juives.

En revanche, permets moi de douter que le Japon soit un paradis pour les femmes. Ca reste un pays extrêmement phallocratique, où il ne fait pas bon sortir de son rôle de petite nana modèle, à marier, et au foyer.

Et j'ajouterais que si certains occidentaux sont manipulateurs, j'ai pour ma part l'impression que la majorité des jolies filles asiatiques sont maîtresses en caprices, chantage et compagnie.

Dans tous les couples franco-asiatiques que je connais, c'est ce qui pose problème de façon récurrente. Un manque de mâturité, probablement dû à la surprotection des parents pendant l'enfance et à trop de temps passé à mémoriser des cours...

cr3vet a dit…

C'est dommage, ce billet avait mis le doigt sur quelque chose ( les idées reçu des européens à propos du Japon) mais le sujet est traité avec une véhémence qu'on ne lit que dans les pamphlets, une goutte de rage de plus dans ce vaste océan de chaos qu'est Internet. J'aurais préféré une analyse objective à une opinion.

Anonyme a dit…

C'est bien tout cela... cela fait plus de 8 ans que je vie au Japon et ma perception est différente. Il y'a beaucoup de mâles (j'aime bien le petit blanc comme diminutif) qui ne cherchent pas forcément à bâtir une union durable. Je suis très attiré par les Japonaises car elle ont une expression de l'amour différent et plus sensuelle que les européennes. Et puis au Japon bah il y'a beaucoup de Japonaises. De là à partager ma vie... le gap culturel est tel que ce n'est simplement pas raisonnable.
Je connais un couple franco-japonais (marié depuis plus de 30 ans), le mec est français et un jour je lui ai demandé ce qu'il pensait de sa vie avec une japonaise, il m'a répondu : ma femme est japonaise, mais c'est avant tout une femme ! voilà qui est tout dit.

Cixie a dit…

pf, c est n importe quoi
tu parles uniquement des femmes japonaises dans ton article, mais en asie, il y a d autre pays comme le vietnam ou la chine, et dans lesquels les femmes sont vraiment soumises et serviables.

inofe a dit…

ton article est peu raciste et je vois pas pourquoi c'est à nous apprendre le japonais et pourquoi pas elle qui apprends le français.
c'est vrai que les japonaises sont jolie mais elles n'ont pas de poitrine et sont petites de taille et je parle pas des dents et le pire sont mauvaise au lit et non pas de personnalité toujours à s'excuser.
je trouve les latines largement plus intéressantes.

Yukié a dit…

Il y a eu une suite! Je suis celle qui avait enregistré l'avant-avant-dernière commentaire sous l'anonymat (sur la peur des femmes chez les hommes Français.

Quand je suis tombée sur cet article, je me suis dit qu'il conviendrait d'en laisser un commentaire le contrebalançant. Car il me semblait être temps. Ce petit malentendu risque de devenir un problème politique sans exagérer.

Dans cette société (japonaise) avec tous les symptômes de la société de consommation globale, les moeurs sans violence et le régime politique démocrate, tout Français (non invité) se sentira d'abord non écouté, non sollicité. Ce sentiment se développe en paranoïa: il se voit rejeté et utilisé, alors qu'il croyait pouvoir coloniser facilement ces locaux.

Derrière chaque geste ritualisé d'un Japonais, derrière chaque sourire bizarre, derrière chaque silence cadenassé, il y a un système métaconstruit et âgé de mille cinq cent ans, qu'aucune politique d'occidentalisation depuis à peine cent ans dans ce pays n'a pu changer, cela, détrompez-vous, pas d'un petit doigt.

Pour les Japonais, comme pour les Français, le monde s'arrête à leur sphère des références. Si les Français ont génétiquement le complexe des Lumières (c'est mon terme), engendrant des comportements déplacés dans maintes situations à l'étranger (ex. alors que c'est eux qui manquent de tout, ils prétendent donner aux locaux des leçons que ceux-ci ne demandent pas, etc.), les Japonais, pour n'avoir connu un vrai colonisateur (dont la politique culminerait d'habitude à la suppression de la langue locale) sont dépourvus de tout réflexe de résistance et de revendication. D'un côté comme de l'autre, la naïveté primaire de l'enfant naissant (le monde gravite autour de lui) est à ce point prédominante dans leurs comportements, on aurait tort même tort de parler ici de la possibilité de rencontre entre un Français (ordinaire) et une Japonaise (moyenne). Cela fait partie des choses dont il ne faut même pas rêver.

Qu'un(e) Français(e) et un(e) Japonais(e) tentent de "se rencontrer", fassent des efforts appropriés (du moins tels qu'en indiquent divers manuels scolaires), cela conduirait peut-être à une conclusion métaphysique de haut niveau: l'incommunicabilité entre les humains.

J'ai rencontré bien des Français vivant au Japon. La majorité étaient écrasés et emprisonnés par leur femme toute gentille en apparence, qui les empêchait d'être indépendants. Une petite minorité se révoltait (avec leur jeunesse) contre l'éthique de travail transférée dans le comportement quotidien de leur petite amie. D'un côté comme de l'autre, le silence de la femme avec laquelle ils vivent, à propos de la signification des choses quotidiennes, et sans doute également leur intelligence limitée à la saisi quand bien même on la leur aurait expliquée, semblaient les acculer à reconnaître le fait. Comment quelqu'un qui se sentirait rejeté pourrait-il faire un effort pour comprendre celui qui le rejette? Comment quelqu'un qui ne saurait même pas pourquoi il est là où il est, parmi les gens dont il ne partage ni les signifiés ni les signifiants qui composent le monde sensible, saurait-il dire que c'est lui le problème? Celui qui ne sait pas ce qu'il ne sait pas, ne saura jamais pourquoi il est là où il est. Il en est de même pour les Occidentaux qui insultent les Japonais ou prétendent pouvoir séduire des Japonaises, sans être capables de rien leur donner, et pour ceux qui ont plein la bouche des inepties fantasmagoriques ressemblant à des éloges vis-à-vis de ce qu'ils appellent culture japonaise.

Kitsuné (l'auteure) a dit…

Honte sur moi, j'ai confondu chamito-sémitique et altaique, mes cours de linguistique remontent à trop loin.
Yukié, je ne trouve pas que vos propos contrebalancent mon article, ils les appuient et surtout les complètent.
Pour info je ne suis pas raciste, j'ai plusieurs amis japonais de longue date et j'ai même déjà visité ce passionnant pays. J'ai aussi pris des cours de langue à plusieures reprises.
J'ai volontairement usé un ton railleur et sarcastique car j'ai écrit cet article à la demande de l'auteur du blog, article étant le fruit d'un agacement commun. Marre des clichés, marre de cette pseudo mode orientalisante, marre de certains comportements. Il est vrai que je parle trop du Japon dans l'article, mais c'est aussi parce que à la hauteur de mes maigres connaissances, c'est le pays que je connais le mieux. Cependant, si vous le souhaitez, suite à ce que j'ai pu voir, lire, entendre du côté japonais, je peux aussi écrire un article sur les clichés asiatiques à propos des occidentaux.

Anonyme a dit…

Salut Mr. Fox,

"Cependant, si vous le souhaitez, suite à ce que j'ai pu voir, lire, entendre du côté japonais, je peux aussi écrire un article sur les clichés asiatiques à propos des occidentaux."

Faites-le, "si vous le souhaitez" (moi ça me serait plutôt égal), mais cette fois-ci en japonais s'il vous plaît. Tout ce qu'un Français peut écrire à propos des autres et à propos d'eux-mêmes prétendument vus par les autres, si cela est fait en français, ça n'aurait aucun intérêt pour personne. Il peut y avoir du public dans la zone de la culture linguistique française, rien que pour le plaisir de jouer à l'imitation et pour la consolation par le factice de leur incapacité à bouger, que cela risque de provoquer.

De ce point de vue, je vous garantis que vous êtes bien plus prétentieux, proportionnellement à votre ignorance même, que vous ne le pensez vous-même.

Lisez Hegel, pour une fois, avec la position claire de l'enfant de l'histoire contemporaine! Vous vous rendriez compte que quelqu'un, deux siècles avant vous, de bien plus intelligent que vous, a commis de très grosses erreurs à cause de sa fatale suffisance. Et de ces erreurs-là, ce sont les autres qui continuent de payer le prix.

Cordialement,

Y.

Anonyme a dit…

C'est magnifiquement rédigé mais si on peut regretter certaines exugérances irrationnellesde l'auteure sur les occidentaux, une facheuse tendance à vouloir généraliser car la japonaise et la chinoise: il y a un fossé entre les deux types de fille.
Bobo

Emma a dit…

Je suis complètement contre cette article. ^^

Je suis née d'un père japonais et d'une mère japonaise, au japon, je suis arrivée en France à l'âge de 2ans (Mes parents m'apprenaient déjà le français quand j'étais petite car ils comptaient déjà partir en France), j'ai vécue dans la culture japonaise et loin du monde de la France, non pas car je n'aime pas la France, mais tout simplement parce que mes parents viennent du Japon. Je suis une japonaise en France, par conséquent et par respect, je me dis cependant Française d'origine Japonaise.

Je suis contre cet article car j'ai connue l'amour très peu de fois à cause de ma timidité (J'ai dis seulement deux fois "oui".), mais pas à cause des cultures. Mes deux aventures ayant pris fin à cause d'un déménagement. Que la personne connaissais ma culture ou non, ça ne m'a pas fais changer d'avis. Cependant, je reconnais être très pointilleuse ! Je n'ai jamais recherchée quelqu'un de beau mais à la mauvaise personnalité, ni quelqu'un de laid à la bonne personnalité. J'ai toujours chercher une personne qui avait les deux, mais qui en plus avait de la sagesse. Et la sagesse, je pense que c'est ce qui fais tout, pour toutes celles qui ne veulent pas prendre part aux violences de la rue, comme moi, en tout cas. ^^

Ensuite, je ne met pas de coté mon attirance pour les asiatiques, c'est une sorte d'impression, comme de dire "Lui, il me comprendra", tandis qu'une tout autre personne ne venant pas du même bord non.

Voilà, je voulais juste faire suite à l'article, bonne soirée. ^^

Anonyme a dit…

Merci sushiorcurry.blogspot.com.
[url=http://rencontres-cougar.org/]Rencontre cougar[/url]

Anonyme a dit…

@Kitsuné :
Je suis pour la rédaction d'un article sur les clichés asiatiques à propos des occidentaux (curiosité).

Je suis tombée par hasard sur cet article et je suis du même avis que toi.
Malgré mon très jeune âge, je suis absolument émerveillée par la Corée du Sud. Leur culture, leur langue et tout ce qui touche à la Corée m'intéresse. Depuis 2 ou 3 ans, la Corée est pour moi le pays idéal et l'Asie, le continent rêvé. C'est comme mon fantasme d'y habiter et d'apprendre la langue mais j'ai conscience de nos cultures très différentes, des problèmes que je pourrais rencontrer une fois installer là-bas et surtout si j'ai un petit-copain, de la surprotection des parents et du fardeau s'il est aîné de la famille.

Alors en lisant ton article, j'ai cru mal faire, mal penser et mal espérer.

Anonyme a dit…

J'aime vraiment votre article. J'ai essaye de trouver de nombreux en ligne et trouver le v?tre pour être la meilleure de toutes.

Mon francais n'est pas tres bon, je suis de l'Allemagne.

Mon blog:
meilleur taux ou Rachat de credit locataire

Kitsuné a dit…

Bien d'autres l'ont illustré avant moi, la preuve :
http://www.charismaman.com/CMweb_2.98.jpg

http://www.charismaman.com/

Anonyme a dit…

Vous vous rendez pas compte du harcèlement HORRIBLE que subissent les françaises d'origine asiatique depuis cette mode exotique.
Ça donne envie d'être célibataire à vie.